Dossier

Entrevues

Articles

Chroniques

JOHANNA, UN DESTIN ÉBRANLÉ

Ce récit débute en Allemagne, dans l’enfance de Johanna née en 1914. Arrive la Première Guerre qui entraîne son père, Joseph, au loin. À son retour, meurtri, celui-ci prie pour ne plus connaître de guerre, mais à l’arrivée de la deuxième, seule la fuite est possible pour échapper à l’horreur. Déterminé, il amène toute sa famille au Canada. Les souvenirs de Johanna tels qu’ils sont racontés par sa fille nous font revivre les tourments, l’intégration et la fierté de cette famille. Francine Ouellette dévoile ici le vécu de sa mère, avec délicatesse et en toute intimité. Pas étonnant d’en retrouver des parcelles dans ses magnifiques récits historiques, dont la série « Feu ».ParLise Chiasson (Côte-Nord) - 6 décembre 2018

Thelma, Louise & moi

En 1991, le film Thelma et Louise est venu bouleverser nombre de femmes (et d’hommes), dont Martine Delvaux qui nous livre ici un portrait saisissant de l’œuvre elle-même, d’anecdotes autour de sa création, mais aussi ses réflexions personnelles sur ce qu’elle a ressenti en le visionnant à plusieurs reprises, à des âges différents, et comment cela a affecté sa vision du féminisme. Thelma et Louise, deux femmes libres le temps d’un week-end, confrontées à une horreur de la vie, qui nous rappellent à quel point notre condition féminine est fragile, biaisée parfois, et à quel point il est important de nous réapproprier notre corps, nos pensées, nos vies, face à une société toujours prête à nous faire douter de nous-mêmes.ParIsabelle Prévost Lamoureux (La Maison de l’’Éducation) - 6 décembre 2018