Ma vie en rafales

3

Il est le Russe dont le nom est le plus universellement connu, l’inventeur d’une arme répandue à plus de 80 millions d’exemplaires dans le monde, lui procurant une multitude de trophées et décorations, mais pas un kopeck faute de brevets, mais l’intérêt de lire la biographie de Mikhaïl Kalachnikov est ailleurs. En effet, sa vie concentre en elle-même la destinée tragique de la Russie du XXe siècle. Un être déconcertant que ce Kalachnikov qui, ayant dû subir la déportation, avec sa famille, dans sa jeunesse, ne conserva pourtant aucune amertume envers le régime soviétique. Il faut remercier l’intervieweuse et traductrice Elena Joly d’avoir respecté le style original, mélange de candeur et de souffrances retenues, de cet autodidacte. On ne peut que croire à la franchise de ce vieux dinosaure de 83 ans, nostalgique de l’ordre stalinien, lorsqu’il dit que son cœur saigne pour la Russie d’aujourd’hui.

Publicité