Délits d’opinion: Chroniques d’humeur… et rien d’autre

3

Il y a de ces espèces animales que certains préféreraient ne retrouver que dans les zoos. Par exemple, le Zapartiste. Depuis peu, nous n’entendons plus le chant dominical de l’un d’eux. Pour raviver le souvenir récent de ces matins où le carrousel cessait de tourner, où le billet de François Parenteau alimentait les débats de cuisine et remplissait les premières tasses de café de la journée, il y a désormais le florilège que représente Délits d’opinion. Qu’ils eurent été éditoriaux, ludiques, distrayants, homériques ou chantés sur un air de Luis Mariano, cela avait bien peu d’importance : la voix de cette espèce malheureusement rare est pertinente. Cette parution permet aux paroles envolées par-delà les ondes de trouver un point d’appui où les réentendre à notre guise.

Publicité