Olympos

0

Hélène de Troie s’éveille, délaissée par son amant Thomas Hockenberry, docteur ès lettres classiques et ineffable aède de cette improbable épopée. À son balcon, l’air de l’aurore chatouille sa chair nue, tandis que trois roquettes antiaériennes filent aux trousses d’un char olympien. Sus aux dieux! Voici, mortels, le deuxième et dernier volet de ce cycle ouvert par Ilium. Technique empruntée au feuilleton, la multiplication des personnages et des rebondissements, sans l’ampleur épique, fait néanmoins que ce nouveau palimpseste de Simmons n’a pas la qualité d’Hypérion, qui fit crier au chef-d’œuvre dès sa parution. Cette variation parodique du texte homérique nous rappelle que les poètes sont les architectes de nos consciences.

Publicité