Les magiciens

4

Ce livre traite de magie, on le devinerait à moins. Mais il révèle aussi un mal de vivre : le sentiment angoissant d’être étranger à sa propre vie et d’aspirer à un destin épique. Il parle de rêves, de ceux que l’on sait improbables, mais que l’on poursuit inlassablement au risque de subir de profondes désillusions. Lev Grossman propose une relecture des histoires fabuleuses de notre enfance se situant dans un univers magique déjanté et décadent. Il oscille entre le concret et le chimérique, entre le merveilleux et le cauchemardesque. Ce livre nous ouvre les portes de la faculté secrète et sélecte de Brakebills. N’y devient pas magicien qui veut. Pour ce faire, on se doit de remettre en question tout ce que l’on croit savoir à propos de la magie. Les magiciens nous emporte du début à la fin.

Publicité