Un petit gros au bal des taciturnes

10

J’ai toujours aimé les récits dans lesquels un auteur se confie au lecteur en lui parlant de sa jeunesse, des personnes qui ont peuplé son enfance, de ses joies et de ses craintes enfantines. En lisant le livre de Jacques Marchand, je suis tombé dans cet univers, et j’ai été touché. Touché par la description qu’il fait du monde de son enfance et par celle du personnage principal de son livre, son frère Léo, qui est tout à l’opposé de l’auteur tant par le physique que par le tempérament. Les deux hommes n’ont pratiquement rien en commun, mais ils sont frères et c’est ce lien très fort qui les unit, le lien du sang. Un livre à découvrir.

Publicité