Trois réveils

0

C’est d’abord un rêve qui place Antoine devant l’urgence. Ce rêve lui dicte qu’on peut sauver le monde par la musique. C’est plutôt lui que la musique sauve, alors qu’il joue du hautbois dans le métro. Pourtant, au Conservatoire, on lui reconnaissait un grand talent?! Hélas, l’extrême rigueur a fini par le conduire en psychiatrie. Soins, isolement, amours ratées?: rien n’efface en lui la musique, point commun avec son père mélomane. Pour adoucir la fin de vie de celui-ci, Antoine lui offre un classique. L’auteure, claveciniste, rend ici hommage à son propre père aussi mélomane, avec qui elle a partagé cette passion réconfortante, mais souvent dévorante.

Publicité