Rabaskabarnak

6

Ève Latulippe était partie relever ses collets et en a ramené une pissette. Un homme, aussi loin à l’est ? Une découverte tellement préoccupante que La Corriveau, cheffe de la sœurie du Pied-de-l’Or Fort, ne l’exécutera pas tout de suite. Dans son second roman, Éric St-Pierre se lâche lousse, bardassant allègrement le terreau fertile du folklore québécois. Rabaskabarnak, c’est un peu comme la petite cousine punk de la légende de la Chasse-Galerie. C’est plein de sacres, d’explosions, de savants fous, de gâchettes sensibles, de robots et d’illuminés en tous genres. C’est drôle, rythmé, c’est mené avec une bonne dose d’autodérision et, aussi surprenant que ça puisse paraître, d’intelligence. Et ça vient avec le King en prime.

Publicité