Le Silence de Mozart

4

Avec Le Silence de Mozart, Vania Jeminez nous plonge dans un univers d’hommes, considéré sous l’angle de la filiation. Cette dernière peut être, selon l’époque, rompue par l’abandon, artificielle du fait d’une prise en charge sociale ou attachante (pensons à la relation qui unit Michelet Alexis), mais elle est omniprésente et décrite avec justesse. La narration à plusieurs voix, survolant tant les années 1920 que celles des grands changements de la Révolution tranquille, dote le roman d’une structure qui l’enrichit. Et l’auteure, bien qu’elle décrive une certaine misère sociale, nous propose un roman somme toute lumineux, grâce à la présence de la musique et de la nature. Souvenir, mystère, rupture, réconciliation et amour sont les thèmes centraux de ce roman, dans lequel on entre avec grand intérêt.

Publicité