La Nuit est un objet étrange

4

Quel beau titre que celui-ci: La Nuit est un objet étrange. Ce petit bijou de concision et de lucidité (Carol Lebel a aussi écrit de nombreux renkus) est dédié à «ceux et celles qui […] traversent le réel en risquant l' »Êtreté »». La formation philosophique du poète demeure sensible dans son approche des mots et du réel. Sa poésie est un patient questionnement de l’Autre dans les yeux duquel, écrit-il, il est «difficile de respirer». Seul ce questionnement de la relation que nous avons avec le monde? «Jusqu’où exister»; «Où commence où finit le réel»; «L’amour est-il une construction trop raisonnable»? permet de supporter la banalité étouffante du quotidien, car «à chaque mot, la vérité change». Avec la brièveté et la précision d’une flèche frappant sa cible, Lebel parvient à faire de la «nuit» un «objet étrange», inconnu mais qui tient dans nos mains.

Publicité