L »homme de la Saskatchewan

8

Lire ce roman de Jacques Poulin, c’est laisser le temps en suspens et se bercer au doux rythme des mots. C’est aimer l’émotion, l’attendrissement provoqué par les pensées du petit frère. C’est aimer le titre, la première phrase de chaque chapitre. C’est devenir infiniment nostalgique. C’est retrouver la Grande Sauterelle, le bon Jack Waterman, leurs proches et les nombreux chats qui traversent les pages. C’est déambuler dans la vieille ville. Entrer dans une librairie. Faire une liste de livres que l’on veut lire. C’est aimer le hockey. Aimer l »Histoire. Vouloir revenir dans le passé. C’est aimer notre langue française et cette belle province qu’est le Québec. C’est se sentir bien. Et «avoir une graine dans l’oeil» après avoir tourné la dernière page.

Publicité