Homme de ma vie (L’)

1

Animatrice et chroniqueuse à la chaîne culturelle de Radio-Canada, Aline Apostolska est aussi (et peut-être surtout) écrivaine. Après Lettre à mes fils qui ne verront jamais la Yougoslavie et Tourmente, elle nous livre aujourd’hui un récit d’une profonde humanité, le témoignage émouvant d’une femme libre à la recherche de sa propre vérité. De Skopje à Paris, du Caire à Montréal en passant par Montpellier ou New York, chaque chapitre de ce livre magnifique porte le nom d’une ville liée à jamais à un homme (amants, fils, père) qui l’incarne dans l’ordre de la mémoire. Un livre qui renverse par son authenticité et sa profondeur. Et une plume avec ça ! Et une vie qui l’emporte sur le romanesque : « Ce n’est que par une suite continuelle d’indiscrétions, écrivait il y a déjà longtemps Le Clézio, que l’on arrive à ébranler le rempart d’indifférence du public. » Des pages qui brûlent d’une urgence de dire sincère et bouleversante.

Publicité