Échecs amoureux et autres niaiseries

10

En lisant cette rétrospective amoureuse d’un jeune trentenaire malchanceux, la chanson de Vian intitulée « Fais-moi mal, Johnny » m’est venue à l’esprit, et plus précisément les mots suivants : « Moi j’aim’ l’amour qui fait boum ! ». Car Matthieu, alter ego de l’auteur (qui gagne sa vie comme rédacteur-concepteur publicitaire), est touché par une flèche de Cupidon à chaque sourire ou regard en coin — surtout si la belle est grande et mince. Ni laid, ni beau, un peu intello, pas trop musclé mais fana de moto, le narrateur (difficile ici de trier le vrai du faux, sauf lorsqu’il avoue avoir tué sa douce) étale sa niaiserie amoureuse en une trentaine de sketches bien ficelés et représentatifs des relations à deux en 2004. Il en résulte un livre pas piqué des vers qui se marre de l’amour-douleur et de ce nombrilisme outrancier qui nous empêche de faire abstraction des pires bourdes, les nôtres comme celles des autres.

Publicité