Rouge idéal (Le)

2

Québec abrite peut-être un tueur en série. C’est du moins ce que croit le lieutenant Daniel Duval de la Sûreté du Québec après une série d’événements macabres : message sanglant sur les murs de l’université, main humaine plantée sur un piquet de clôture puis meurtre rituel dans un cimetière. Avec Louis Harel confiné dans une chaise roulante depuis l’affaire Hurtubise (Nébulosité croissante en fin de journée, Alire) et le légiste Villemure, Duval remontera la piste jusqu’à un cercle satanique voué à l’œuvre de Baudelaire, mais l’affaire rebondira. Bien ancré dans la ville de Québec, que l’auteur connaît bien, Le Rouge idéal, malgré certaines longueurs, se lit avec un réel plaisir.

Publicité