Nuit de toutes les chances (La)

0

N’espérez pas trouver dans La Nuit de toutes les chances un renouvellement radical du genre du « whodunit ». La « formule », si l’on veut, est assez connue: un cadavre, un inspecteur dans les mauvaises grâces de ses patrons, plusieurs suspects, des histoires d’amour au grand jour et de sexe en coulisses, etc. La surprise du dénouement, élément obligatoire du genre, ne déçoit pas ici. Mais il faut plus pour expliquer le succès public et critique de cette série canadienn- anglaise (dont voici le premier opus en français). Ce plus a pour nom Charlie Salter. C’est un personnage si sympathique, en inspecteur désireux de retrouver la voie du succès, en mari aimant mais curieux de la couleur de l’herbe dans la cour du voisin, en père de famille fatigué mais chaleureux, que l’on ne peut s’empêcher de l’aimer. Ce « vrai gars » pourrait être notre beau-frère, et l’on compatit à ses mésaventures au milieu des intellectuels torontois et des policiers francophones montréalais. Une série qui promet !

Publicité