Un canard majuscule

24

Odilène se réveille à l’hôpital pour la seconde fois. De nouveau, on l’a sauvée in extremis. Odilène est anorexique : chaque jour est une lutte féroce contre la nourriture. La minceur, synonyme de beauté aux yeux de l’héroïne, devient son seul objectif durant des années. Des petits bouts de journaux intimes racontent son combat contre les calories, son admiration pour Barbie, ses mensonges pour éviter qu’on ne voie son obsession. Odilène conçoit mille et un stratagèmes pour calmer son estomac et engloutir le moins de calories possible, jusqu’à ne consommer que de l’eau et du citron durant des jours entiers. Tout doucement, voire prudemment, Céline Forcier nous raconte un mal de vivre. À partir de 12 ans.

Publicité