La fille qui rêvait d’embrasser Bonnie Parker

11

Marginale, mais semblable à tous dans sa quête d’identité, Florence se perd et se retrouve entre Andy, qui est seulement un ami, et Raphaëlle, qui fait battre son coeur plus rapidement. Alternant entre journal intime et narration, Isabelle Gagnon évoque ici avec brio les pensées d’une ado de 16 ans, qui se questionne sur l’amour et la sexualité, qui crie après ses parents, déteste son frère et joue de la guitare. Avec elle, nous (re)découvrons les premiers émois physiques, décrits de façon tout à fait naturelle, sans forcer les choses ni les rendre plus belles qu’elles le sont. De plus, la conclusion est parfaite et l’ouvrage est illustré des magnifiques photographies de Perrine «La Fraîcheur» Sauviat. À lire et à faire lire, car le roman plaira aux ados, mais aussi aux adultes qui ne se souviennent plus de ce qu’est l’adolescence. Dès 14 ans

Publicité