Ding, dong!

2

Le dernier-né de Robert Soulières est un petit délice d’humour aux effluves chocolatées, une dégustation digne des plus fins palais ! À la manière de Raymond Queneau et de ses Exercices de style, vous êtes conviés à un festin de petites bouchées des plus singulières. Voici donc une série de courtes histoires dont la trame de fond, banale, reflète malheureusement une réalité plutôt endémique : un porte-à-porte d’écoliers qui vendent du chocolat pour financer un voyage culturel à New York… jusque-là, rien de bien rigolo ! Mais lorsque la machine s’emballe et qu’elle nous offre le même scénario en différentes scènes, le tout prend une allure carrément burlesque. Il n’y a décidément que Soulières pour nous offrir pareille dérision : qu’il en soit ici chaudement remercié !

Publicité