Un amour impossible

2

Dans Un amour impossible, Christine Angot revient encore sur sa propre histoire (entendez : l’inceste), mais cette fois, elle choisit de la raconter sous l’angle de ses parents, à partir de leur rencontre amoureuse dans les années 50 à aujourd’hui. Un retour aux origines pour l’auteure qui lui sied fort bien, avec juste ce qu’il faut de recul pour atteindre la sensibilité du lecteur et maintenir son intérêt jusqu’à la toute fin. Et, contrairement à certains de ses autres livres, rien n’est agaçant ici. On est ailleurs dans une autre proposition. Ce roman est peut-être même la clé pour comprendre tous les livres qui ont précédé. En ce qui me concerne, ce n’est rien de moins que le roman que j’attendais d’elle depuis le début.

Publicité