Tokyo décibels

4

Si vous aimez l’univers de Yôko Ogawa, vous aimerez celui d’Hitonari Tsuji. On retrouve dans ses romans (surtout dans celui-ci) la même acuité sensitive et la même profondeur, avec juste ce qu’il faut d’étrangeté. Dans Tokyo décibels, on suit les mouvements intérieurs d’Arata, dont le cœur bat au rythme des sons environnants. D’ailleurs, son travail consiste à évaluer le degré de décibels d’un quartier de Tokyo. Sa démarche va au-delà de sa profession et devient vite une extension de lui-même. Entre un vieil ami retrouvé et une vie de couple qui ne va e part, on suit avec beaucoup d’intensité le parcours singulier de ce personnage attachant. Un livre plein d’ambiance qui doit se lire lentement si on veut en apprécier toute la musicalité.

Publicité