Tenir jusqu’à l’aube

5

Un magnifique objet-livre qui renferme le quotidien chaotique d’une mère célibataire, abandonnée par ses pairs avec son fils de deux ans. L’emprise de l’enfant devenue véritable prison, la mère va s’exiler de nuit dans des promenades de plus en plus longues, où chaque mètre parcouru loin de l’appartement est un défi haletant. Carole Fives, d’une écriture agile, relate le fardeau de la progéniture qu’il faut élever seule, accablée par le regard méprisant des uns et le dédain à peine dissimulé des autres. Un roman qu’on lit d’une traite, aussi bien pour connaître la fin que pour rester éveillé aux critiques du patriarcat disséminées dans cette fable sociale.

Publicité