Sur la plage, un homme en noir

1

Marina Vlady, actrice et écrivaine, n’est pas une débutante. Elle est bien connue en France, entre autres pour ses divers engagements, notamment auprès des sans-papiers. Elle signe son neuvième ouvrage, presque construit comme un rite de passage, celui de la vie à la mort, du passé heureux au présent douloureux. Ainsi, la souffrance causée par le deuil est ouvertement exposée dans Sur la plage, un homme en noir, qui n’est ni gai ni coloré, mais emprunt de sincérité et surtout, d’une grande tendresse : celle de la narratrice face à la perte qu’elle a subie. Le mal causé par la mort est raconté de façon simple où réminiscences, rappels de bons moments et passages plus noirs se succèdent sans ménagement. En outre, une autre tendresse naît : celle du lecteur pour la femme qui souffre et raconte. Enfin, ce livre vaut le détour, ne serait-ce que pour découvrir qui est l’homme en noir évoqué dans le titre.

Publicité