Sumer

4

À l’ère des multiples polices de Windows, il est dur d’imaginer qu’ont existé des peuples qui ne connurent pas l’écriture. Et il est encore plus dur de concevoir où et quand les premiers mots furent inscrits sur l’argile du peuple d’Uruk (l’actuel Irak). Sumer nous emmène à l’époque d’Enmerkar, roi mythique ou réel, présumé précurseur de Gilgamesh, qui dirige Eana, ville qui, avec Kullab, formera la future Uruk. L’auteure nous présente un scénario plausible mis en scène de façon poétique, celui d’un peuple dans la misère qui supplante son rival par la ruse et l’intelligence. Trois signes cunéiformes nous hanteront tout au long du récit, jusqu’au dévoilement de leur signification. Si vous aimez les contes lyriques à saveur archéo­logique, ce livre est à découvrir.

Publicité