Sionoco

2

Dans l’avion de retour vers New York, la chanteuse que le rabbin Sol Mayer avait remarquée la veille au congrès s’assied à ses côtés et renverse un jus de tomate sur son costume. Désormais obnubilé par sa compagne de voyage, Sol Mayer ne sait pas encore qu’il est amoureux, mais il fera dès lors des pieds et des mains pour la retrouver. Pourtant, il a bien d’autres chats à fouetter : le salut de ses ouailles, un papier de son cru qui scandalise l’orthodoxie, sa richissime épouse qu’il n’honore plus mais qu’il dote mensuellement de sa semence à la clinique de fertilité, son beau-frère infidèle jeté à la rue qui le fait chanter, la dive vodka et le fantôme de son père, mort noyé avant que leurs différends ne soient effacés et dont il s’efforce de ne pas répéter les égarements. Sionoco aborde des questions intemporelles : foi, fidélité, paternité, sexualité, moralité, éthique. Surprenant voyage initiatique ou tragi-comédie moderne, l’œuvre du Néerlandais Leon de Winter constitue l’un des meilleurs romans du printemps.

Publicité