Retour à Bruxelles

5

Si vous avez déjà visité Bruxelles, ce premier roman de Vincent Delecroix fera resurgir moult souvenirs, images, odeurs et douces sensations. Sous forme de longue lettre adressée à une femme rencontrée dans un train à l’exacte frontière de la France et de la Belgique, l’auteur nous entraîne dans la capitale belge à travers ses parcs, ses cafés, ses églises et ses places. Avec une écriture délicate et empreinte de romantisme, le narrateur décrit cette brève histoire d’amour, les quelques jours passés avec cette femme et l’inéluctable séparation en évoquant certains tableaux de Van Eyck et Rembrandt, ce qui ajoute lumière et couleurs au récit. Cependant, la richesse des descriptions n’atténue pas l’amertume et le désenchantement ressentis par l’auteur de cette lettre jamais expédiée : celle-ci disant malheureusement que les amours nées à Bruxelles sont sitôt trouvées, sitôt perdues et inévitablement vouées à n’être qu’éphémères…

Publicité