Procédure (La)

2

Né à Haarlem en 1927, Harry Mulisch est l’auteur néerlandais le plus lu dans le monde et son œuvre, largement traduite et composée de romans, nouvelles, poésies et essais, fait de lui un potentiel nobélisé de littérature d’ici quelques années. La Procédure (prix Libris 1999) traite d’un rêve enfoui dans les gènes de l’homme depuis la nuit des temps : créer la vie, à l’instar de Yahvé, à partir d’une matière inanimée. De fait, le lecteur assiste d’abord à la création catastrophique d’un golem par un rabbin agissant sous les ordres de son roi, en l’an 1592 de notre ère ou 5352 de l’ère juive. Deux chapitres plus tard, il est le témoin de la naissance du héros, Victor Werker, célèbre généticien né à Amsterdam dans les années 50, d’une mère trotskiste et d’un père général dans l’armée. Mais bien qu’il soit parvenu à insuffler l’étincelle de vie dans l’inerte, Victor est malheureux ; éploré par un enfant mort-né et un divorce, il entreprend alors le récit de son existence. Tendre, érudit, philosophique et spirituel, ce roman exceptionnel se veut une surprenante réflexion sur le droit d’octroyer la vie ou la mort et un éloge de la complexe genèse de trois alphabets intimement liés : celui de la création du monde (langage codé de Yahvé) ; celui de l’humain (l’ADN) ; et celui, par extension, de la littérature. Soulignons également la parution prochaine, en format de poche chez Folio, de son chef-d’œuvre, La Découverte du ciel.

Publicité