Porteurs de glace (Les)

2

En 2002, les institutions néerlandaises de promotion de la lecture ont commandé un livre à Anna Enquist, lui octroyant ainsi une position prestigieuse sur le marché national. De la plume de l’auteure est alors sorti Les Porteurs de glace, roman qui transpire non pas la commande, mais la persévérance de l’œuvre. La romancière, poète et psychanalyste nous invite dans un monde apparenté à Chef-d’œuvre et Secret, ses précédents romans, tant pour le type de personnages que pour le style d’écriture : cet enchaînement rapide des événements et ces savoureux menus détails qui s’y glissent insensiblement, nous permettant de comprendre les protagonistes mieux qu’eux-mêmes. Ici, il s’agit de Nico et Lou, ce psychiatre et cette enseignante qui dérivent sur tous les plans (individuel, collectif, professionnel) et qui, bien que déployant un torrent d’énergie, ne sauront reprendre appui. Du thème imposé de l’amour, Enquist tire un court roman aux larges implications. Impitoyablement humain.

Publicité