Nuit de l’oracle (La)

4

Paul Auster nous livre ici une de ses très bonnes moutures. Ce roman gigogne dans lequel s’emboîtent deux récits est d’une construction savante et toujours surprenante, même si l’auteur nous a habitué à ces personnages qu’un événement charnière hasardeux fait basculer en marge de la vie qu’ils menaient jusque-là. Son roman met en scène Sydney Orr, un écrivain qui émerge d’une maladie grave et dont le retour à l’acte d’écrire est ardu. Un cahier bleu, trouvé dans une boutique tenue par un singulier Asiatique, en sera l’acte (re)déclencheur. Il est toutefois perturbé par divers événements impliquant des êtres proches. Un roman au terreau riche et fertile qui nous tient en haleine jusqu’à la fin.

Publicité