Mon petit d’homme

5

Qui n’est pas déjà resté abasourdi devant de prestes chats singeant les pas de danse de leur maître ? L’exploitation du concept du mimétisme, qui repose sur la reproduction machinale des gestes et des attitudes d’autrui, n’est certes pas nouveau en photographie. Néanmoins, Mon petit d’homme, de Vicky Ceelen, vaut le coup d’œil. Fermement convaincue que la nature et les animaux obéissent aux mêmes influences cosmiques et qu’entre ces derniers existe « un véritable parallélisme des attitudes et des expressions, surtout au début de leur vie », la photographe propose un magnifique album construit tel un jeu de miroirs réfléchissants. Pour ce faire, elle place côte à côte les photos d’un bébé et d’une bête aux mimiques étrangement similaires. En couleurs ou en noir et blanc, l’ensemble manifeste une charmante candeur et une intime compréhension du sujet. À mille lieues du kitsch à la Anne Geddes, quelques prises de vue dénotent d’ailleurs un regard hors du commun.

Publicité