Les voyages éphémères

7

Dans une ville poussiéreuse, un homme achète deux carnets pour y écrire sa vie. Dans un collège inondé de lumière, deux étudiants recherchent les jeux de perspective. Dans une demeure négligée par le temps, un jeune homme refuse de dormir pour ne pas perdre dans son sommeil la femme qu’il aime et qui se meurt. Un thé aux arômes de tourbe refroidit sur le comptoir et les vieux arbres du domaine attrapent au vol tous les secrets qu’on leur confie. D’une plume sobre et franche, Emmanuel Poinot brosse le portrait d’êtres attachants, écorchés, amoureux. On humera au détour de chaque page une odeur de terre mouillée après l’averse, de bois qui brûle dans le foyer, de papier neuf et de fleurs des champs. Une plaquette humaine et bouleversante.

Publicité