Le Temps n’est rien

5

Henri est atteint d’une maladie génétique appelée « chrono-déficience ». Elle a pour effet de le propulser dans le temps pour une période indéterminée. Durant ces voyages inusités, il se rencontre lui-même à différents âges de sa vie et croise des gens dont il ne se souvient plus dans son présent. Il revient cependant toujours vers Claire, son grand amour, qu’il visite depuis qu’elle a 6 ans. De situations cocasses en moments d’intenses émotions, Niffenegger décrit, dans une succession de tableaux temporels, l’amour inconditionnel qui lie Henry et Claire. Cette histoire improbable dans laquelle il est néanmoins possible de plonger tête baissée parle d’attente, de nostalgie, de désir, d’abnégation et de l’amour qui dure. Il en résulte de très agréables moments de lecture, des sourires, des angoisses et, peut-être, une larme ou deux.

Publicité