La Nouvelle Poésie russe

0

Brillante idée qu’ont eue les Écrits des Forges et Autres Temps en publiant une anthologie de poésie russe contemporaine, rassemblant 33 poètes sous la même couverture. Longtemps étouffées par le bâillon du communisme, ces voix se dévoilent enfin en pleine lumière. De Evgueni Bounimovitch (« depuis que la tsarine ma mémoire me trahit/élisabeth je crois bien/nous a privés du droit à la terre mon peuple et moi/ je suppose que les jardins/ ce n’est pas un sujet qu’il m’appartient de traiter ») en passant par Bakhyt Kejeev (« L’heure favorite des non-voyants, c’est la nuit/ et leur bruit favori est vert tirant sur le bleu ») ou Mikhaïl Gronas (« là je vais établir la carte de tes rides et je/conduirai un régiment de cils curieux de/haut en bas »), des êtres qui nous parlent d’un pays étourdi par trop de changement, une poésie qui prend naissance à même les ruines d’un empire déchu.

Publicité