Jupons et violons

5

De retour dans le monde des perdants pas très magnifiques de Tristan Egolf, l’auteur du magistral Seigneur des porcheries. Gardant son intérêt pour les aventures humaines sur le seuil de la catastrophe, Egolf narre les mésaventures du violoniste Charlie Evans, qui abandonne son métier après une soirée apocalyptique. Il se retrouve dans les bas-fonds au sens littéral : avec son ami Tinsel Greetz, un prétendu anarchiste, il massacre les rats des égouts de la ville. Cette déchéance ne sera rachetée que par l’entrée en scène de Louise, journaliste française qui découvre avec ce duo atypique un beau sujet de reportage. La finale est à la mesure des personnages, excessive et absurde. Récit essentiellement anecdotique, Jupons et violons plaira à ceux qui ont apprécié le premier roman de l’auteur.

Publicité