Je viens de tuer ma femme

4

Découverte surprenante que ce roman paru dans la belle collection 1er mille! Dans un petit débarras, le narrateur, las de sa vie conjugale où la passion s’est éteinte, tue sa femme froidement. Convaincu du bien-fondé de son geste, il prévoit tout de même se rendre aux gendarmes dès le lendemain. Mais au gré des rencontres et des conversations avec les habitants de ce village de Normandie, il finit par avouer son crime. Or, on ne le prend pas au sérieux, on ne s’émeut pas, on écoute même distraitement! L’effet salvateur que procure habituellement l’aveu se transforme en étau et se resserre de plus en plus… D’autres meurtres surviennent… Malgré la violence de cette histoire insensée, Emmanuel Pons dresse le portrait d’une relation étouffante et blessante dans laquelle la communication est inexistante. Il réussit aussi le double exploit de nous faire rire aux éclats et, subséquemment, de nous donner froid dans le dos…

Publicité