Guide de Mongolie

3

Par la lettre de suicide de son ami, le narrateur se voit engagé pour écrire un guide sur la Mongolie pour une revue. À l’hôtel Gengis Khan d’Oulan-Bator, il discutera ontologie et s’imbibera de vodka en compagnie d’un évêque hollandais égaré dans un rêve, un officier russe devenu lama, le correspondant américain d’un journal défunt, un mort-vivant français et un psycha-nalyste italien. On traverse ce livre comme un rêve: on n’est sûr de rien, tout peut changer à tout moment, des personnages improbables poussent de partout, mais on sent tout de même que l’on touche à quelque chose de profond, voire d’essentiel. En remettant en doute l’existence de tout ce qui nous entoure, y compris nous-mêmes, l’écrivain serbe nous pousse à identifier ce qui compte vraiment. Ne pas se frotter au moins une fois à ce génie serait une grossière erreur.

Publicité