Generations of love

3

D’abord, le titre fait référence à une chanson de Boy George. Vous ajoutez à ce cadre peu banal une touche de Michel Tremblay, de Pedro Almodovar et de Roberto Benigni et vous obtenez « le best-seller gay en Italie ». C’est écrit en toutes lettres sur la page couverture du livre. Évitez d’avoir peur de cette phrase-choc et précipitez-vous sur ce roman tonique ayant pour toile de fond une Italie battant au rythme de la musique des années 80, et qui vous entraînera à la découverte de Matteo, jeune homosexuel en quête de lui-même. L’écriture de Bianchi est vive, très imagée, d’une grande efficacité et intelligemment drôle. Son propos ne tombe jamais dans la caricature. Chaque page vous apportera son lot de rires, de sourires et de petits plaisirs. Generations of love vous séduira pour toutes ses raisons.

Publicité