Deux fois par semaine

0

La complicité peut-elle être mue par le silence ? Y a-t-il des situations tellement difficiles que la seule présence de l’autre peut être source de réconfort ? L’héroïne a la jeune vingtaine lorsque son univers bascule : son mari est atteint du cancer, il ne lui reste qu’un an à vivre. La mort est la seule issue, alors que la vie n’est plus qu’une source d’inconfort permanent. Elle se réfère alors à un psychiatre pour la guider dans son épreuve, mais leurs rencontres bihebdomadaires sont meublées d’un mutisme quasi hostile. D’abord le malaise, puis l’habitude, enfin la compréhension animent l’étrange relation entre l’héroïne et son psy.

Publicité