Comment échapper à sa femme et ses quadruplées en épousant une théorie marxiste 

3

Un Tom Sharpe, c’est délicieux. Un Tom Sharpe, c’est le bonheur. Un Tom Sharpe, c’est le rire libérateur. L’humoriste britannique a beau être septuagénaire, il ne se ramollit pas pour autant, et le quatrième volet de sa série Wilt est admirable de trouvailles, de burlesque et de mordant. Henry Wilt, le paisible professeur de collège, toujours aussi dénué d’ambition, au grand désespoir de sa femme Eva, part à la recherche de la tranquillité dans la campagne anglaise et y rencontre l’adversité et le grotesque. De leur côté, ses filles, en vacances aux États-Unis, se transforment en quatuor de destruction massive. Wilt 4 est une terrible satire sociale, un chef-d’œuvre de la farce noire, un enchaînement de catastrophes qui éclaboussent, au passage, les Américains bigots, la presse à scandale, la police, le système de santé. Allez-y, faites-vous plaisir, découvrez l’univers de Tom Sharpe.

Publicité