Cette maison

5

Pastiche talentueux de roman d’épouvante, ce livre s’amuse de ses codes, les détourne à sa convenance et prend rapidement le lecteur au jeu un tantinet cruel dans lequel il a placé ses proies-personnages. En cinq temps et en cinq voix, on découvre peu à peu les mécanismes qui permettent à deux habiles sangsues de prolonger leur vie au détriment de celle des autres. Comme toujours chez Mitchell, les personnages sont mémorables, l’humour brillant et la trame imprévisible. La dernière partie fait le pont avec les autres livres du maître britannique qui parlent tous indirectement de cette grande guerre éternelle qui se joue bien souvent à l’insu des petites gens, pâté pour prédateurs impitoyables. Les inconditionnels de Mitchell y trouveront leur compte et les nouveaux qui arrivent dans cet univers y trouveront une excellente porte d’entrée.

Publicité