Ce qui a dévoré nos coeurs

4

Au fil des romans, l’auteure de La Chorale des maîtres bouchers construit une oeuvre d’une étonnante force d’évocation et s’impose comme l’une des voix les plus puissantes de la littérature américaine. Avec ce dernier opus, elle entrelace avec une finesse inégalée à ce jour la force de l’imaginaire et le respect des traditions. Née de mère indienne (comme Erdrich), Faye Travers fait de la recension des objets son travail. Un jour, la découverte d’un tambour aux pouvoirs magiques qui la fascine au plus haut point l’amènera à chercher les origines de l’instrument et, au passage, des secrets qui hantent en silence son esprit. La plume est magnifique et les symboles, abondants dans ce roman enchanteur, proche des Crimes de l’accordéon d’Annie Proulx, et qui porte en lui un hommage vibrant à la spiritualité indienne.

Publicité