Borges et les orangs-outangs éternels

3

Ce roman n’a rien comme les autres : les numéros de chapitres sont des nombres premiers et il y a plein de dessins et de graphiques au travers du récit. Ça, c’est l’univers de Christopher, un enfant autiste. Il écrit un roman policier pour élucider le meurtre du chien de madame Shears, qu’on a tué sauvagement. Il trouvera le coupable, mais non sans heurts, car tous ses acquis seront fortement ébranlés. À partir de ce moment, c’est la déroute. Le lecteur, témoin direct de sa démarche personnelle, est constamment déstabilisé par le ton, le style et le rythme qu’impose Mark Haddon. Au final, on est complètement renversé et ému par cet inoubliable et unique Christopher.

Publicité