Amande (L’)

3

Présenté comme le « premier roman érotique d’une femme arabe », ce récit intime met en scène le corps féminin dans toute sa jouissance et sa souffrance, sa lumière et sa faiblesse. La langue érotique y est suave, crue, troublante, l’amour, douloureux et impossible. Loin des romans pornos qui se repaissent de galipettes sportives, L’Amande met plutôt en scène une sexualité à l’échelle humaine, mêlée de larmes, de sang et de fulgurance inoubliable. Le récit rend compte de la réalité d’une femme dans un monde d’hommes, qui en craignent et en tyrannisent le corps par égoïsme et maladresse. Un roman du désir asservissant et libérateur, qui reste en tête longtemps après qu’on l’a refermé.

Publicité