Tremblé du sens : Apostille aux Inventés (Le)

0

Commençons par une confidence : je n’ai pas lu (pas encore) Les Inventés, roman du même auteur, en parallèle duquel fut écrit cet essai sur l’écriture. Mais déjà j’avais été charmée par les nouvelles de J’espère que tout sera bleu. Et c’est un pur bonheur que de se faire offrir sur un plateau de sensibilité le cheminement créateur d’un auteur qui palpe si bien le pouls de la vie sous les mots, par les mots. Tout en étant ancré dans une expérience concrète, son essai s’enrichit de multiples références littéraires, qui sont autant de perches tendues vers le lecteur désirant suivre un peu plus loin le chemin tracé par sa réflexion. Girard sait toucher. Son écriture émerveille, tant elle porte sans lourdeur une richesse. Il crée entre le lecteur et lui une intimité. Qu’il parle de la mémoire, de sa démarche créatrice, du désir, de ses personnages ou de la vie tout court, toute grande, il se révèle profondément humain. Cet espace, celui de l’écriture, il le déplie par fragments, afin qu’en nous il s’infiltre, accessible.

Publicité