Paradoxe de l’écrivain (Le)

3

Le métier d’écrivain est l’un des rares qui ne s’apprend pas à l’école. C’est, du même coup, une profession accessible à tous ceux qui savent écrire. Le résultat final ne porte pas toujours le sceau de qualité. Le livre a-t-il perdu ses lettres de noblesse ou suit-il un parcours normal ? En partant de cette constatation, Claude Vaillancourt tente de cerner et de comprendre ce qui pousse quelqu’un à vouloir écrire, à commencer par lui-même. Quelle place occupe-t-il et quel rôle veut-il jouer dans la société ? Comment doit-on aborder l’écriture ? Y a-t-il une façon de l’aborder ? Toutes ces facettes, et bien d’autres encore, sont ici traitées. Le tour d’horizon personnel que brosse l’auteur finit par démystifier ce métier qui ne ressemble à aucun autre. Le Paradoxe de l’écrivain concerne aussi le lecteur et, en ce sens, vaut la peine d’être lu.

Publicité