En Thaïlande : Marie au pays des merveilles

3

De son propre aveu, l’Asie lui a trotté dans la tête durant une bonne partie de l’adolescence. Grâce à un programme d’études à l’étranger, la jeune Marie C. Laberge (à ne pas confondre avec les deux autres écrivaines qui portent ce nom, la dramaturge et romancière que l’on sait, ni la peintre et poète), a séjourné à Bangkok, où elle a étudié notamment à l’Université de Thammasat tout en explorant les pays voisins de la Thaïlande (Vietnam, Laos, Cambodge). Essentiellement, ce sont ces expériences qu’elle nous raconte dans ce premier livre qui, à mille lieues de tout exotisme de pacotille, témoigne à la fois d’un sens de l’émerveillement parfois naïf en face de l’Autre, d’un humanisme rafraîchissant et d’une capacité de s’indigner des inégalités et des injustices de l’Histoire, qu’elles soient anciennes ou récentes. Dépaysant…. et instructif.

Publicité