Traité du désespoir et de la béatitude

0

Cet ouvrage volumineux pourrait se résumer ainsi : le désespoir est le meilleur chemin qui mène au bonheur. Il faut savoir que l’auteur prend le mot « désespoir » dans ce qu’il a de plus noble, c’est-à-dire « absence d’espoir » et non par le sens courant de « tristesse profonde » qu’on a l’habitude de lui donner. Nuance très importante qui aide à comprendre où l’auteur veut en venir : plus on espère, plus on s’éloigne de la réalité. Plus on s’éloigne de la réalité, plus on se crée des attentes démesurées qui se transforment souvent en quelque chose d’inaccessible, ce qui a pour effet d’entraîner déception sur déception. Donc plutôt atteindre le désespoir. Simple et complexe à la fois comme l’est toujours l’univers de Comte-Sponville. Costaud. À lire pour mieux être.

Publicité