Si rien avait une forme, ce serait cela

5

On est dans une époque où, visiblement, l’huma­nité court à sa perte, où l’on se sent même au bord du gouffre. Pourtant, rien n’est fait pour renverser la vapeur, il n’y a aucune trace de contestation. Dans cet essai, Le Brun explique que notre propension à vouloir considérer le monde dans une logique d’avancement scientifique et technique nous mènera à notre perte. En fait, en ne cherchant pas à contester lesdites avancées technologiques, en continuant à nier les atro­cités de notre monde, on nie la présence du mal sous le couvert d’un optimisme mal placé. Or, il faut prendre acte de cette réalité qui ne prend pas sa source en dehors du monde, mais bien dans notre propre intériorité insondable. Par cet essai, l’auteure tente de nous ouvrir les yeux sur une réalité que l’on occulte volontairement sous
prétexte qu’elle est insupportable.

Publicité