Le plagiat par anticipation

4

Pour notre plus grand bonheur, Pierre Bayard poursuit son édifiante entreprise qui consiste à prendre par des côtés inusités la littérature en général. Après Comment parler des livres qu’on n’a pas lus?, l’auteur nous conduit sur le terrain du plagiat. Mais pas n’importe quel plagiat! En effet, Bayard se penche sur un concept au départ forgé par l’Oulipo, et se livre, (non sans avoir défini des critères plus précis de ce même concept) à une étude de différents cas de plagiat anticipé (par exemple, Voltaire et Conan Doyle), éclairant d’une nouvelle lumière des œuvres dont on croyait l’analyse critique complète et fixée. C’est amusant, érudit, bien étayé et déroutant par la rigueur intellectuelle qui chapeaute tout l’ouvrage.

Publicité