La Prison magique

0

Charlotte Melançon s’intéresse à la poète Emily Dickinson depuis de nombreuses années. Pas étonnant, donc, qu’elle réussisse, dans ces quatre essais réunis sous le titre de La Prison magique, à nous communiquer sa passion et sa connaissance de l’œuvre de la recluse d’Amherst. Les quatre thèmes abordés sont le blanc, l’amitié, les oiseaux et la réclusion. Chacun fait l’objet d’une fine analyse basée sur les poèmes originaux et la correspondance de Dickinson. Selon les propres mots de son frère: «Elle a goûté à la société et au monde et les a trouvés insipides». Le dernier essai du livre nous fait comprendre que la poète s’est retirée chez elle, aussi et surtout afin d’obtenir un silence de qualité qui permette l’éclosion poétique. Pas beaucoup de sérénité chez elle, nous fait remarquer Charlotte Melançon, mais un dialogue intérieur incisif pour créer cette langue qui «sera de l’âme pour l’âme», comme le disait Rimbaud.

Publicité