Journal d’une combattante : Nouvelles du front de la mondialisation

6

Le Journal d’une combattante pourrait être un chapitre de No Logo, le célèbre livre de Naomi Klein qui l’a propulsée au-devant de la scène de la lutte pour une autre mondialisation. No Logo s’arrêtait précisément au moment où commençaient à Seattle deux années de manifestation à travers le monde, qui sont suivies minutieusement dans ce livre : Naomi Klein est en Asie avec les ouvriers, à Prague ou à Québec avec les manifestants. Elle parle de libre-échange, de criminalisation de la dissidence, mais aussi du regain de militantisme et à travers lui de l’espoir d’un monde régi par d’autres valeurs que celles du capital. Le grand mérite de Naomi Klein est de livrer des témoignages de l’intérieur. Elle est certes engagée dans les luttes dont elle parle, mais c’est d’abord en tant que journaliste qui cherche à comprendre qu’elle explique les phénomènes dont elle est témoin. Du grand journalisme.

Publicité